Neoprog.eu
Menu

Live report du 21/03/2015 - Archive à Karlsruhe
Il y a deux ans, j’avais manqué le concert de Archive à Freibourg. Entre-temps, Axiom, pure chef-d’oeuvre, sortait, me scotchant comme rarement. Puis vint Restriction, que je découvre en ce moment. Alors cette fois, coûte que coûte, j’étais bien décidé à aller les voir. C’est avec Sébastien, un ami pongiste, que nous prîmes la route de Karlsruhe. Départ avec une belle avance, car le groupe allait jouer à guichets fermés à Substage. Le GPS interne de Seb, nous fera finalement arriver après l’ouverture. Pour le placement, il faudra jouer des coudes et de la casquette, mais ça c’est une autre histoire.

Je savais qu’il y aurait Axiom en première partie. Grand écran devant la scène, ah bon ? Archive va se la jouer Golliraz, cachés derrière un écran ? Eh bien non, ça ce sera la mauvaise surprise, Axiom est bien projeté dans son intégralité, mais le groupe ne joue pas. A la maison, j’ai un bon vidéo projecteur et un écran de 2.20 m. Vautré dans mon canapé, son 5.1 avec une belle image, le film est cent fois plus agréable. Passons.

Archive - Axiom

On aurait pu espérer qu’ils enchaîneraient tout de suite après le film. Mais non. Le staff enlève l’écran, ils refont les balances et réglages et à 21h enfin, Archive arrive sur scène, comme la casquette dansante et sa copine, qui se glissent dans la foule pour venir, en me poussant, se placer juste devant ma petite personne. Il faut savoir que Substage, bondé, est une salle épouvantable. Impossible de bouger sans gêner tout le monde, manque d’air, son assourdissant, poteaux qui coupent la vue, bof quoi. Autant vous dire que la casquette m’a tapé sur les nerfs. Sauf qu’à ce jeu-là, je gagne toujours. Notre danseur finira par partir, troublé par le contact de mon gobelet sur son arrière train et par mes sifflements aiguës dans son oreille gauche. Oui je suis comme ça quand on me gave…

Archive

Parlons musique maintenant. Je n’avais que deux albums de Archive, maintenant trois. Donc impossible de vous dire ce qu’ils ont joué sauf quelques morceaux “End Of Days”, “Dangervisit” et “Ride In Squares”. N’empêche que je suis tout de suite rentré dans la musique qui oscille entre trip-hop, ambient et techno. Quelques titres dignes d’une rave party m’ont laissé de marbre, du ‘boum boum boum’, trop peu pour moi. Le reste fut sublime. Les musiciens jouent à la perfection, pas un couac, vocalement irréprochable, Holly est sublime, c’est du travail de pro. En revanche, côté interaction avec le public, zéro pointé, rien, nada, allez si, juste un petit merci après l’unique rappel concédé. Frustant ? Oui et non, cela colle bien à la musique, juste inhabituel pour moi.

A part la foule, une casquette, l’impression désagréable d’être allé au cinéma, cette salle qui commence à me taper sur les nerfs, ce fut un très bon concert. L’occasion de voir enfin Archive sur scène, d’aller à un live où la moyenne d’âge est, pour une fois inférieure au mien. Normal, ça n’est pas du prog. Une belle soirée.

Rédigé par : Jean-Christophe

Le magazine papier
Magazine n°9 Magazine n°8