Neoprog.eu
Menu

A feast of Consequences
Fish - A feast of Consequences
Titre : A feast of Consequences
Groupe : Fish
Sortie : 2013
Label : autoproduction
Format : CD
Genre : Pop progressive
La chronique note de la chronique
Aucune évaluation
Connectez-vous pour donner une évaluation

Titres

  • Perfume River
  • All Loved Up
  • A Feast of Consequences
  • The Gathering
  • Thistle Alley
  • The Leaving
  • The Other Side of Me
  • The Great Unravelling
  • Blind to the Beautiful
  • Crucifix Corner
  • High Wood

Formation en 1990


Fish et moi, c’est une longue histoire d’amour, et comme toutes les histoires d’amour, il y a eu des hauts et des bas.

Tout à commencé bien entendu avec Marillion quand j’étais adolescent et que ce nouveau groupe a sut remplacer brillamment un Genesis moribond qui était autrefois ma référence. Et puis il y a eu la séparation et le premier album solo du géant écossais, Vigil In The Wilderness Of Mirrors, un magnifique premier essai qui aurait du en appeler bien d’autres. Hélas, mile fois hélas, après ce coup de maître, les albums solo de Fish ont décliné lentement mais sûrement, passant d’un prog tinté d’influences écossaises à une pop rock sans envergure. Il fut même un temps où j’ai décroché complètement, continuant toutefois d’aller écouter cette bête de scène en concert, car là quand même, l’animal, quoiqu’il chante, est un spectacle à lui tout seul.

J’ai loupé pas mal d’albums, peut-être faudra-t-il que j’y revienne un jour (je me méfie des avis fans inconditionnels pour lesquels tout ce que touche Fish devient de l’or), on verra. The 13th Star, le dernier en date que j’avais acheté m’a laissé, disons, intéressé mais pas extatique.

Quand notre chanteur a annoncé la sortie de A Feast of Consequences, je suis resté de marbre, édition luxieuse, assez chère, alors qu’il sortait de plusieurs opérations à la gorge, je n’avais pas envie de me jeter sur l’objet de peur d’être déçu. Et puis, sur Youtube, je suis tombé sur Perfumed River, et là j’ai commencé à douter. J’ai donc cherché d’autres extraits sur Youtube (je n’aime pas faire ça je le précise) et dès le second titre écouté, je me suis dis que j’avais vraiment loupé quelque chose, d’important.

Donc direction le site de Fish, et commande. Oui mais quelle version: numérique cheap et frustrante, CD (le choix raisonnable), ou bien la grosse folie plaisir ? Je n’ai jamais été très raisonnable pour la musique, j’en ai bien peur, donc je commande le livre avec le CD et DVD et je reçois tout de suite la version numérique pour patienter (ça c’est super cool pour les impatients comme moi).

Je me lance donc dans l’écoute de A Feast Of Consequences, et là, après une première écoute, attentive, une seconde sous le charme, une troisième complètement amoureux, je me dis que j’ai bien fait de claquer quelques pesetas de plus pour la belle édition, car cet album va assurément marquer la carrière de Fish.

J’ose l’écrire ici, il s’agit du meilleur Fish que j’ai écouté dans ma vie, de par la musique intimiste et progressive et par les paroles, des textes magnifiques, merveilleusement présentés dans le livre.

La genèse de l’album se situe dans la Somme, où Fish se rendit entre deux concerts pour voir un ami, qui connaît bien les sites de la première guerre mondiale. Ce séjour fut l’occasion pour le chanteur de s’imprégner de cette époque, de découvrir que ses grands parents s’étaient battus tout près de là où il dormait. Une envie était née, celle de parler de la guerre, d’en faire un album, et quel album ! L’album ne parle pas que de la guerre, mais c’est un des thèmes principal, Fish aborde également des sujets de société comme à son habitude, avec beaucoup de finesse et moins de colère.

Voila le décor est posé, pardon pour cette longue diatribe, mais parfois il est des albums qu’il faut restituer dans leur contexte. D’ailleurs je n’ai guère envie de le décortiquer comme à mon habitude. Alors en quelques mots de quoi parle t’on ?

Un album présenté dans un coffret livre de très belle facture, magnifiquement illustré, qui contient le CD, un DVD de bonus et les paroles ainsi qu’une très intéressante introduction. Le DVD contient un documentaire ou Fish parle beaucoup, c’est vrai, mais écoutez le jusqu’au bout car ce qu’il a à dire vaut la peine d’être entendu, vous ne parlez pas anglais, tant pis pour vous, vous allez louper quelque chose. Le DVD contient également des titres live enregistrés en Grande Bretagne, pas vraiment un concert complet mais plusieurs extraits qui valent le détour.

Ensuite il y a ces onze morceaux, dix bombes et un titre un peu plus faible, disons, le genre morceau que je n’ai jamais trop aimé dans les compositions de notre écossais, il s’agit de All Loved Up, trop rock à mon goût mais qui fera certainement le bonheur de la plupart des gens (des fois je suis un peu chagrin…). Sur ces dix titres, je n’arrive pas à faire un tri, je n’ai pas envie de les disséquer, l’album est trop vivant pour en faire l’autopsie, donc écoutez le, il est magnifique, c’est tout. Certes la voix de Fish n’est plus ce qu’elle a été, il ne monte plus au sommet de la gamme, il ne hurle plus sa douleur. L’homme a vieilli, a été blessé par la vie, s’est assagi et maintenant se pose, pour nous raconter, avec des paroles où l’émotion est à fleur de peau, l’horreur de la guerre.

A Feast Of Consequenses a été composé sur une longue période avec de vieilles connaissances qui tournent avec le bûcheron : Steve Vantiss à la basse, Robin Boult aux guitares, Foss Patterson aux claviers et Gavin Griffiths à la batterie. C’est Robin, compagnon de longue date que Fish a appelé pour composer avec lui ce fabuleux album. Mais il lui a demandé de ne venir qu’avec son acoustique, cherchant à construire un univers musical plus intimiste et où sa voix n’irait pas se faire torturer.

A Feats Of Consequences est un indispensable. L’édition coffret est magnifique, l’album est un concentré d’émotion et de belle musique, bref si vous aimez Fish vous l’avez sans doute déjà, si vous avez boudé un peu sa carrière, sautez le pas, cet album doit être chez vous, si vous aimez le prog, il vous le faut, car il s’agit maintenant d’un album qui fera référence, croyez-moi.


Rédigé par Jean-Christophe le 28/11/2013
Commentaires

Comme quoi tout le monde n'est pas d'accord, moi cet album me comble de bonheur.
Le 29/11/2013 par Neoprog

pour moi qui ait découvert Fish avec le génialissime "the 13th star", j'adore son nouvel opus et confirme que l'édition collector est une tuerie qui vaut bien que l'on casse sa tirelire. la maîtrise est bien présente tout au long de cet album tant du point de vue de l'écriture que de l'interprétation. me reste à découvrir le bonhomme sur scène.
Le 29/11/2013 par pp2triz

Errata : la genèse de l’album se situe dans la Somme et non a Verdun
Le 28/11/2013 par fishfan

Merci pour la correctif
Le 28/11/2013 par Neoprog

Un album bien pauvre musicalement et vocalement. On s'ennuie fermement à l'écoute de cette dernière œuvre, Fish tourne en rond et n'a plus le feu sacré.
Dommage.
Le 28/11/2013 par calimero64