Neoprog.eu
Menu

Man Made
Ruphus - Man Made
Titre : Man Made
Groupe : Ruphus
Sortie : 1979
Label : KARISMA RECORDS
Format : CD
Genre : Progressif

La chronique note de la chronique
Aucune évaluation

Titres

  • Clear View
  • Snowy days
  • Greener grass elsewhere
  • Dear Friend
  • When the tide comes
  • Fashion of today

Formation en 1970
Dissolution en 1981

Hans Petter Danielsen [guitariste], Kjell Larsen [guitariste,flute], Hakon Graf [bassiste,clavier], Thor Bendiksen [percussions], Asle Nilsen [bassiste,flute], Gudny Aspaas [chanteur], Rune Sundby [chanteur,guitariste,saxophone]

Le label Karisma réédite depuis plusieurs années la discographie d’une formation d’Oslo qui composa six albums entre 1970 et 1981. François nous présenta leur premier disque New Born Day en 2019 et Laurent se chargea de Flying Colours l’année suivante. Aujourd’hui je vais vous parler de Manmade sorti en 1979, un vinyle que Karisma remet dans les bacs le 21 mai.

Ruphus

Si au début des seventies Ruphus jouait du prog symphonique à deux voix, hanté par la flûte traversière et l’orgue, vers la fin de la décennie, la musique se muait en prog jazzy funky chanté par Sylvi Lillegard. Ce n’est pas elle qui officie sur le dernier album de Ruphus mais Gudny Aspaas, qui prêtait déjà sa voix sur New Born Day et Let Your Light Shine. Et contrairement au précédent album Flying Colours, Manmade témoigne nettement moins de la passion de Kjell Larsen (guitariste et compositeur du groupe) pour le jazz. L’album est tout à sa guitare et à la voix d’Aspaas sur une rythmique parfois endiablée (‘Clear View’). Ce disque ne possède plus grand chose de progressif, explorant des atmosphères planantes, exotiques et latinos.



Les mensurations de Manmade sont les suivantes : six titres dont une piste centrale de plus de dix minutes (‘Dear Friend’) qui compte pour un quart de la durée de l’album.

Ce sont les pièces les plus mouvementées qui ouvrent et clôturent l’album. ‘Clear View’ à la batterie jazzy nous entraîne à Rio de Janeiro pour assister au coucher de soleil sur le Pain de Sucre en écoutant les délicieuses mélopées de Gudny. Un titre instrumental léger, dansant et planant dont je n'arrive pas à me détacher. ‘Fashion of Today’, funky à souhait, et cette fois accompagné de paroles, laisse s’exprimer pleinement le trio rythmique composé de la guitare, de la basse et de la batterie. Joyeux et pétillant, il ne possède cependant pas le même charme que le titre d’ouverture. Toujours rythmé, nous trouvons également ‘When the Tide Comes In’, digne de la bande originale du film Brazil, une pièce qui déborde de soleil et de sable chaud. Et si basse et batterie secouent encore ‘Greener Grass Elsewhere’, c’est à la manière d’un funk tranquille, un titre sans doute calibré pour passer sur les ondes et dans les boîtes de nuit de l’époque. Il a pris quelques rides mais s’écoute encore bien.

Les deux pièces les plus planantes s’intitulent ‘Snowy Days’ et ‘Dear Friend’. ‘Snowy Days’, sur des nappes de claviers, des notes de piano, une guitare et une rythmique de slow laisse la voix de Gudny accompagnée de chœurs masculins nous envoûter. ‘Dear Friend’ dérive dans les éthers, sans accoups, sur des tonalités hawaïennes et asiatiques pendant près de onze minutes. Et aussi surprenant que cela puisse sembler, je ne lui trouve aucune longueur.

Manifestement Ruphus éprouvait le besoin d’explorer de nouveaux horizons après une période funky, des envies de soleil et d’exotisme; un album à part dans leur discographie qui signa également la fin de leur carrière, ce qui est bien regrettable car ce Manmade méritait une suite.


Rédigé par Jean-Christophe le 07/05/2021
Commentaires
Aucun commentaire