Neoprog.eu
Menu

Believe
Pendragon - Believe
Titre : Believe
Groupe : Pendragon
Sortie : 2005
Label : Inside Out Music
Format : CD
Genre : Néo-progressif
La chronique note de la chronique
Aucune évaluation
Connectez-vous pour donner une évaluation

Titres

  • Believe
  • No Place For The Innocent
  • The Wisdom Of Solomon
  • The Wishing Well
  • Learning Curve
  • The Edge Of The World

Formation en 1978

Benjamin Cohen-Lhyver [clavier]

Retour dans le temps, en mai 2005, lorsque Pendragon sorti cet album qui fera date dans leur carrière, le “Believe”. Nick et moi, ce n’est pas toujours très fusionnel. Le surfeur soixante huitard m’agace un peu parfois et ce fut avec “Pure” que je renouais avec leur musique délaissée depuis “Kowtow”. “Passion” qui suivit, n’a pas trouvé grâce à mes oreilles et que dire du dernier live. Je n’avais jamais écouté “Believe” si ce n’est quelques extraits sur Youtube, régulièrement partagés sur les réseaux sociaux. Alors quand je tombais dessus par hasard, d’occasion, je pris le CD, comme ça pour me faire une idée.

Ce n’est pas pour rien que “Believe” est largement diffusé dans les tubes, l’album est rentré directement n°2 dans mon top Pendragon, juste derrière “Pure” qui semble définitivement indéboulonnable. Du coup une chronique s’imposait, juste pour me donner encore quelques occasions de l’écouter avant de passer à un nouvel album, car telle est la difficile vie d’un chroniqueur…

A l’époque, derrière les fûts, officiait Fudge Smith, poste pour lequel le turn over a été relativement important en neuf années alors que pour le reste, la formation est restée stable avec Nick, Clive et Peter.

“Believe” alterne new age et progressif, donnant une teinte toute particulière à l’ensemble. beaucoup d’émotion transparait dans l’écriture de Nick. Un album dédié aux victimes des attentats du métro du Londres le 7 juillet 2005 qui firent 52 victimes et 700 blessés. Avec cette dédicace, “No place for the innocent” prend tout son sens.

“Believe” se décline en six titres dont “The wishing well” lui même construit en quatre parties et qui s’achève sur l’accrocheur “Two roads”. Tout début par l’instrumental, le seul de l’album, “Believe” mélange de folk prog et new age.Dans “For your journey”, la première partie de “The Wishing Well” se trouve un passage magique où Nick parle sur fond de claviers, le tout servit par un texte inspiré, du grand Pendragon. “We talked” basé sur une guitare ryhtmique, ponctué de riffs électriques, de chants tribaux, relance la machine après un “Son’ by Son’ west” un peu moyen. Mais c’est avec “Tow roads”, la quatrième et dernière partie de “The Wishing Well” que j’accroche le plus, un titre simple et efficace qui fait toujours mouche en concert.
La basse de Peter se fait bien entendre sur “Learning curve”, il était temps, ponctué des claviers new age de Clive. Le titre se construit en de nombreuses phases très dissemblables qui pourtant s’ajustent à merveille dans une belle progression, new age, guitare andalouse en passant par un couplet très classique pour Pendragon. Le titre tire sa révérence sur une partie instrumentale assez honnête qui laisse place au dernier morceau “The edge of the world”, qui, s’il ne chavire pas votre âme, c’est que vous n’en avez plus. La guitare de Nick, le rythme lent, le mélo savament dosé et le texte à vous arracher des larmes, franchement, que vous faut-il de plus ?

“Believe” aurait pu être parfait avec une choriste en lieu et place des synthé de Clive, la voix humaine est toujours plus belle, avec une basse plus présente et une batterie moins figurative. C’est un très bel album que l’on quitte à regret et que l’on retrouve avec bonheur, un des grand Pendragon à mon avis.


Rédigé par Jean-Christophe le 29/05/2014
Commentaires
Aucun commentaire