Neoprog.eu
Menu

Remedy Lane
Pain Of Salvation - Remedy Lane
Titre : Remedy Lane
Groupe : Pain Of Salvation
Sortie : 2002
Label : Inside Out Music
Format : CD
Genre : Métal progressif
La chronique note de la chronique
Aucune évaluation
Connectez-vous pour donner une évaluation

Titres

  • Of Two Beginnings
  • Chapter I: Ending Theme
  • Chapter I: Fandango
  • Chapter I: A Trace of Blood
  • Chapter I: This Heart of Mine (I Pledge)
  • Chapter II: Undertow
  • Chapter II: Rope Ends
  • Chapter II: Chain Sling
  • Chapter II: Dryad of the Woods
  • Chapter III: Remedy Lane
  • Chapter III: Waking Every God
  • Chapter III: Second Love
  • Chapter III: Beyond the Pale

Formation en 2007

Daniel Gildenlöw [chanteur,guitariste,bassiste,clavier,batteur,percussions], Ragnar Zolberg [chanteur,guitariste], Daniel Karlsson [clavier,batteur], Gustaf Hielm [bassiste], Léo Margarit [batteur,percussions]

Après Scarsick il fallait écouter un autre disque de Pain Of Salvation, alors un peu au hasard voici Remedy Lane. Concept album autour de la femme, l'amour, cet album est très inégal. 'Of Two Beginnings' sorte de prologue débute l'album magnifiquement, guitare métronome, voix douce et montée en puissance efficace. 'Ending Theme' poursuit avec une musique hypnotique, quelques voix off et un final déchirant. 'Fandango' risque de déranger aux premières écoutes, très très technique, peu mélodique mais visuel, les couples dansent au son des claviers martellés, la basse et les percussion très présentes, bref un morceau magnifique après rélexion. 'A Trace Of Blood', magistrale pièce musicale qui débute au piano vif et basse, magnifiques passages à la guitare, voix emplie de souffrance, déchirée. Ne lisez pas les textes, ils sont atroces pour qui possède un brin d'humanité, terrifiant! On ne sort pas indemme de l'écoute et de la lecture de ce morceau à moins d'être insensible. 'This Heart of Mine (I Pledge)' repose après tant de souffrance, ballade douce à la King Krimson. 'Undertown' méga tube qui passe en boucle sur Morow.com reste en tête (des heures après le live à Pratteln je le fredonnais encore), très beau, épuré, à pleurer. 'Rope Ends' ramène un peu de nervosité dans l'album, basse et guitares sacadées laissent place à un supperbe refrain et vers la fin le morceau devient très très instrumental, technique à souhait, du beau travail. 'Chain Sling' est joué avec une sorte de Mandoline, très médiéval, supportant un chant aigue, limite décrochage, c'est bien écrit, atypique, génial quoi. Mais bon alors pourquoi 13/20 ? Ben voila l'excellent album aurait du s'arrêter là, après il y a 'Dryad of the Woods', guitare acoustique répétitive, jolie mais pale tentative d'imiter Steve Hackett, ennui assuré. Après vient le remake d'Oxygène avec 'Remedy Lane', harg, long, répétitif, rasoir... 'Waking Every God' ne relève pas vraiment le niveau, plus musical mais peu innovant, le meilleur de l'album est bien derrière. 'Second Love' ne fait pas grand chose de plus, c'est mignon, mais pas touchant, refrain foireux. Mais pour ne pas se quitter fâchés on termine par 'Beyond the Pale' qui revient au niveau du début de l'album, travaillé, reprenant des thèmes de l'album. Voila, donc un album qui aurait pu être écourté de quelques morceaux pathétiques pour devenir un chef d'oeuvre, solution zapper les morceaux.


Rédigé par Jean-Christophe le 06/03/2007
Commentaires
Aucun commentaire