Neoprog.eu
Menu

One Hour By The Concrete Lake
Pain Of Salvation - One Hour By The Concrete Lake
Titre : One Hour By The Concrete Lake
Groupe : Pain Of Salvation
Sortie : 1999
Label : Inside Out Music
Format : CD
Genre : Métal progressif
La chronique note de la chronique
Aucune évaluation
Connectez-vous pour donner une évaluation

Titres

  • Spirit of the Land - instrumental
  • Inside
  • The Big Machine
  • New Year’s Eve
  • Handful of Nothing
  • Water
  • Home
  • Black Hills
  • Pilgrim
  • Shore Serenity
  • Inside Out

Formation en 2007

Daniel Gildenlöw [chanteur,guitariste,bassiste,clavier,batteur,percussions], Ragnar Zolberg [chanteur,guitariste], Daniel Karlsson [clavier,batteur], Gustaf Hielm [bassiste], Léo Margarit [batteur,percussions]

Avec POS je remonte dans le temps depuis la découverte de Scarsick qui m'avait totalement ébloui à l'époque.

Donc je me lance dans l'écoute de vieilles choses, à savoir le second album du groupe, un concept album, ce qui est gonflé pour un groupe alors si jeune.

Ce qui fait le charme de Pain Of Salvation, c'est ce mélange de styles musicaux réarrangés avec un petit zeste de métal. Des albums très variés, énergiques et touchants, faciles à écouter tout en restant complexes.

'One Hour By The Concrete Lake' est loin de ces promesses. C'est une machine musicale qui comporte déjà quelques prémisses de ce que deviendra POS mais qui n'en a pas encore la maturité.

L'ensemble est assez pesant, trop chargé, confus et il est difficile d'absorber un tel porridge sans friser l'indigestion. Cela ne signifie pas que l'album ne contient pas de bonnes choses, mais elles sont noyées dans la mélasse.

Sur l'histoire, il s'agit d'un voyage initiatique. Un ouvrier travaillant dans une usine d'armement prend conscience qu'il ne travaille pas forcément pour la bonne cause et quitte tout pour un voyage à travers le monde, pour finir au bord d'un lac, pollué par les déchets nucléaires. Rien de bien réjouissant en fait.

Un album qui demandera un bel effort d'écoute, sans être vraiment récompensé à la fin. D'ailleurs Daniel Gildenlöw lui même pense qu'il s'agit du pire album du groupe... Je suis d'accord avec lui.


Rédigé par Jean-Christophe le 25/01/2011
Commentaires
Aucun commentaire