Neoprog.eu
Menu

F.E.A.R.
Marillion - F.E.A.R.
Titre : F.E.A.R.
Groupe : Marillion
Sortie : 2016
Label : Racket Records
Format : CD
Genre : Néo-progressif
Achat : ici
La chronique note de la chronique
Les évaluations Evaluations
Connectez-vous pour donner une évaluation

Titres

  • El Dorado (i) Long-Shadowed Sun
  • El Dorado (ii) The Gold
  • El Dorado (iii) Demolished Lives
  • El Dorado (iv) F E A R
  • El Dorado (v) The Grandchildren of Apes
  • Living in F E A R
  • The Leavers (i) Wake Up in Music
  • The Leavers (ii) The Remainers
  • The Leavers (iii) Vapour Trails in the Sky
  • The Leavers (iv) The Jumble of Days
  • The Leavers (v) One Tonight
  • White Paper
  • The New Kings (i) Fuck Everyone and Run
  • The New Kings (ii) Russia’s Locked Doors
  • The New Kings (iii) A Scary Sky
  • The New Kings (iv) Why Is Nothing Ever True?
  • The Leavers (vi) Tomorrow’s New Country

Steve Hogarth [] depuis 1988, Steve Rothery [] depuis 1979, Mick Pointer [batteur] depuis 1979 jusque 1983, Pete Trewavas [bassiste] depuis 1981, Fish [] depuis 1979 jusque 1988, Mark Kelly [clavier] depuis 1981, Ian Mosley [batteur] depuis 1984, Andy Ward [batteur] depuis 1983 jusque 1983, Jonathan Mover [batteur] depuis 1983 jusque 1983, John Martyr [batteur] depuis 1983 jusque 1983, Brian Jelliman [clavier] depuis 1979 jusque 1981, Brian Jelliman [clavier] depuis 1979 jusque 1980, Diz Minnit [] depuis 1981 jusque 1981

La peur, le pouvoir et l’argent dirigent notre planète bleue qui devient, jour après jour, de plus en plus grise et rouge sang. En trois titres fleuves et trois autres moins ambitieux, Marillion fait son retour studio. Une heure dix de musique où le groupe reprend quelques-unes de ses recettes et explore de nouveaux horizons. F.E.A.R., acronyme pour Fuck Everyone And Run, est un album à texte, des paroles souvent engagées, parfois cyniques, sur le monde d’aujourd’hui avec une parenthèse plus légère parlant du groupe (‘Leavers’).

Marillion - FEAR

Pas de coup d’éclat sur ces dix-sept pistes, le ton est souvent intimiste, musique quasi atmosphérique où de-ci, de-là s’élève un peu plus de dynamique. Sans les paroles, cette pop progressive semblerait soporifique à certains. Bien entendu, lorsque vous ouvrez l’édition épaisse de trois centimètres, que vous admirez les photographies en lisant les textes de Hogarth, il se passe alors quelque chose, une étincelle.

Mais qui s’offrira cette édition, qui se penchera sur ces paroles en anglais et qu’est-ce ces morceaux très calmes donneront en live ? F.E.A.R. n’est assurément pas un album comme les autres, et pour un groupe qui ambitionne de réaliser des shows spectaculaires dans de grandes salles, ce dernier né ne va pas forcément les servir.

Aucun titre de F.E.A.R. ne possède la puissance évocatrice de ‘Marbles’, ‘Gaza’, ‘Ocean Cloud’ ni la délicatesse de ‘The Sky Above The Rain’, ce qui pourrait poser des problèmes à bien des amateurs de Marillion. Rien d’immédiat, d’accessible en première approche, il vous faudra vous asseoir dans le canapé, le casque vissé sur les oreilles et vous plonger dans le livret. Alors faisons-le.

Une guitare acoustique, des chants d’oiseaux, des bourdonnements d’abeilles et Hogarth évoquant des souvenirs bucoliques. Ainsi débute ‘El Dorado’. “L’or prend plus de vies que l’uranium” scande-t-il dans le refrain. Un premier titre en cinq mouvements où l’on découvre cette écriture épurée que Marillion n’avait encore jamais osée. La guerre et les migrants troublent la quiétude de la campagne anglaise. Une tempête s’annonce. Conçu à la manière de ‘Gaza’ avec un tableau par mouvement, ‘El Dorado’ est le joyau de cet album où Steve Hogarth ose une fois encore un sujet controversé (n’oubliez pas que depuis il y a eu le Brexit). La musique s’ajuste aux paroles, le plus souvent retenue, elle se tend sur ‘F.E.A.R.’ mais n’explose jamais. Un titre tout en nuances dans lequel il faut s’immerger totalement.

Dans sa lancée, Steve Hogarth aborde le thème de la peur sur ‘Living in Fear’. Et encore une fois le texte fait mouche, gentiment idéaliste. Mais qu’arrive-t-il à la musique ? Ma platine serait-elle fatiguée ? Après un bon départ, le titre s’enlise pesamment, devenant indigeste avec trop de basse et un refrain inaudible. Bâclage, manque d’inspiration, mixage raté ? Un désastre...

Marillion

‘The Leavers’ aborde un thème usé jusqu'à la semelle. Un groupe qui se raconte lors des tournées. Les nuits passées dans le car, les villes qui défilent, le public impatient, le grand soir. Un classique traité en grand format et cinq actes : ceux qui partent (le groupe), ceux qui restent (le public), le voyage autour du monde, les musiciens qui perdent le fil de leur vie et enfin le concert tant attendu. Steve Rothery s’accorde son premier vrai solo sur ‘The Rumble Of Days’, le temps fort du morceau qui jusque là restait éthéré. Hogarth livre un point de vue inhabituel sur un sujet éculé, et la musique qui l’accompagne en fait une pièce de choix.

L’énigmatique ‘White Papers’ démarre au piano et chant, évoquant la disparition des couleurs. Une dépression dans une chambre capitonnée qui s'envole lentement sur les claviers de Mark Kelly. Un texte plus symbolique, sans doute plus personnel, où la perte d’un être aimé et le temps qui passe plongent le narrateur dans l’abattement : “It’s my idea of hell”. J’aime beaucoup.

Avec ‘The New King’, nous retrouvons le Marillion des précédents albums. Un troisième titre fleuve en quatre parties qui dénonce les inégalités sociales, le mépris des classes dirigeantes et la manipulation des masses. Une vision sans doute manichéenne du monde dans lequel nous vivons, mais en ces temps d’injustice sociale, “Fuck Everyone And Run” semble être devenu la devise de bien des puissants. Marillion revient à une écriture épique, un titre qui aura ses belles heures en live et où les fans de Marbles et Sounds That Can’t Be Made se retrouveront. Sans grande surprise et agréable à écouter.

Marillion finit en beauté avec la conclusion de ‘The Leavers’ laissée en suspens, ‘Tomorrow’s new Country’, où Steve adresse quelques mots à son public qu’il quitte à la fin du concert : “You can write, but I won’t reply”.

J’ai parlé des paroles de F.E.A.R. et peu de la musique, car pour la musique il y a peu à dire. Moins de claviers, moins de soli de guitare et Pete Trewavas plus présent. Une écriture quasi cinématique de concept album qu’il n’est pas. F.E.A.R. ne déchaînera pas les passions, un album posé avec des textes forts qu’il ne sera pas aisé à jouer tel quel en live, mais un bel album à regarder, à lire et à écouter dans son salon.

Facebook : https://www.facebook.com/MarillionOfficial/

Vidéo :



Rédigé par Jean-Christophe le 03/10/2016
Commentaires
Aucun commentaire
Discographie
1983 - Script For a Jesters Tear 1983 - Script For a Jesters Tear
1984 - Fugazi 1984 - Fugazi
note 1985 - Misplaced Childhood 1985 - Misplaced Childhood
1987 - Clutching At Strraws 1987 - Clutching At Strraws
1989 - Seasons End 1989 - Seasons End
1991 - Holidays in Eden 1991 - Holidays in Eden
1994 - Brave 1994 - Brave
1995 - Afraid Of Sunlight 1995 - Afraid Of Sunlight
1997 - This Strange Engine 1997 - This Strange Engine
1998 - Radiation 1998 - Radiation
1999 - Marillion.com 1999 - Marillion.com
note 2000 - The Singles '82-88' 2000 - The Singles '82-88'
note 2002 - Anoracknophobia 2002 - Anoracknophobia
note 2002 - anorak in the uk live 2002 - anorak in the uk live
note 2002 - Singles Box Vol 2 '89-'95 2002 - Singles Box Vol 2 '89-'95
note 2003 - From Stroke Row To Ipanema 2003 - From Stroke Row To Ipanema
note 2004 - Marbles 2004 - Marbles
note 2004 - Marbles on The Road 2004 - Marbles on The Road
note 2005 - popular music 2005 - popular music
note 2005 - Wish You Were Here 2005 - Wish You Were Here
note 2007 - Somewhere Else 2007 - Somewhere Else
note 2007 - Thankyou Whoever You Are 2007 - Thankyou Whoever You Are
note 2007 - Somewhere In London 2007 - Somewhere In London
2008 - The Early Stages 2008 - The Early Stages
note 2008 - Happiness is the road 2008 - Happiness is the road
2008 - Official Bootleg Box Set 1982-1987 2008 - Official Bootleg Box Set 1982-1987
2008 - Happiness is Cologne 2008 - Happiness is Cologne
2009 - Live At The Loreley 2009 - Live At The Loreley
note 2009 - Less Is More 2009 - Less Is More
note 2010 - A Piss-Up in a Brewery 2010 - A Piss-Up in a Brewery
2011 - Live From Cadogan Hill 2011 - Live From Cadogan Hill
2012 - Holidays in Zelande 2012 - Holidays in Zelande
2012 - Hollidays In Zelande 2012 - Hollidays In Zelande
note 2012 - Sounds That Can't Be Made 2012 - Sounds That Can't Be Made
2012 - Sounds Live - The Forum London 2012 - Sounds Live - The Forum London
2013 - Early Stages - The Highlights 2013 - Early Stages - The Highlights
2013 - Radiation 2013 2013 - Radiation 2013
2013 - Clocks Already Ticking 2013 - Clocks Already Ticking
2013 - Best of Leanington 2013 - Best of Leanington
2013 - Best of Montréal 2013 - Best of Montréal
2013 - Brave Live 2013 2013 - Brave Live 2013
2013 - Sounds That Can't Be Made - édition spéciale 2013 - Sounds That Can't Be Made - édition spéciale
note 2014 - A Sunday Night Above The Rain 2014 - A Sunday Night Above The Rain
2014 - Best Sounds 2014 - Best Sounds
2014 - A Collection Of Recycled Gifts 2014 - A Collection Of Recycled Gifts
note 2016 - Unconventional 2016 - Unconventional
note 2016 - F.E.A.R. 2016 - F.E.A.R.
2016 - FEAR live 2016 - FEAR live
note 2016 - Out of the Box 2016 - Out of the Box
2017 - Marbles in the Park 2017 - Marbles in the Park
2017 - Misplaced Childhood deluxe 2017 - Misplaced Childhood deluxe
2017 - Living In Fear 2017 - Living In Fear
2018 - All One Tonight 2018 - All One Tonight
2018 - Live At The Royal Albert Hall 2018 - Live At The Royal Albert Hall
note 2019 - With Friends From The Orchestra 2019 - With Friends From The Orchestra
2020 - With Friends At St. David's 2020 - With Friends At St. David's
Soutenez Neoprog

Le magazine papier
Magazine n°7 Magazine n°6
A lire aussi
Prochains concerts
Prochaines sorties