Neoprog.eu
Menu

Vagrant Sleepers
Lag I Run - Vagrant Sleepers
Titre : Vagrant Sleepers
Groupe : Lag I Run
Sortie : 2019
Label : Klonosphère
Format : CD
Genre : Rock

La chronique note de la chronique
Les évaluations Evaluations
Connectez-vous pour donner une évaluation

Titres

  • Thirteen
  • Nurble Mäs
  • Dirty Napkins
  • We’re Coming Outside
  • Caught in the Rainbow
  • Jardin Français
  • Prowling
  • To the Moon
  • Muscles Muscles
  • Somone
  • The Isle


Qui est donc ce quatuor derrière Lag I Run ? Peu d’informations ne transpirent. Tout juste sait-on qu’ils viennent du sud-est de la France, trois hommes et une femme portant des noms de scène, Nay, Volodia, Fred et Krys. Nous voilà bien avancés.

Lag I Run

Pourquoi se demander cela me direz-vous ? Parce qu’un groupe français capable de se mesurer avec les monstres sacrés du rock, cela ne court pas franchement les rues de nos jours.

Vagrant Sleepers est assurément la bombe rock de l’année, un album décomplexé, à la croisée du rock, du métal, du progressif, du jazz, du funk, de l’électro et de la pop. Les onze morceaux qui constituent l’album regorgent de riffs puissants, de choeurs, d’une rythmique implacable et de la voix singulière de Nay, le guitariste, chanteur et compositeur du groupe.

Vagrant Sleepers est un rouleau compresseur à tubes rock. Vous embarquez pour soixante-dix minutes de guitares ébouriffantes, de tempos infernaux, de refrains qui déchirent, à tel point que la tête réclamera sans doute un break avant d’y retourner pour la dixième fois. Car il est dense ce Vagrant Sleepers, très dense. Quand les voix se posent, le djent prend la relève ou bien la batterie se lance dans une cadence improbable.

Par chance pour votre flacon d’aspirine, l’album sait se poser de temps à autres comme avec le cinématique et paisible ‘To The Moon’. Parce que aussitôt après, ‘Muscles Muscles’ explose entre vos oreilles, aussi barré qu’un ‘Bohemian Rhapsody’ revu par Devin Townsend. Et si vous croyez entendre des thèmes empruntés à Star Wars (‘We’re Coming Outside’, ‘Someone’), ne soyez pas surpris, les textes s’inspirent de grands noms du cinéma et de la littérature fantastique comme Kubrick, Gilliam, Boyle et compagnie.



L’album va du fabuleux metal progressif ‘Thirteen’ avec ses motifs djent et ses choeurs à la Freddy Mercury au très rock ‘Nurble Mäs’ en passant par la pop énervée de ‘Dirty Napkins’ jusqu’à l’électro ‘To The Moon’ où l’ouverture au piano classique de ‘Caught in the rainbow’ avant de sombrer dans un djent énervé. Vous entendrez même des touches jazzy et funky dans ‘Prowling’ ou ‘The Isle’.

En les écoutant je retrouve un Queen survitaminé, un Flying Colors sans claviers, un Muse à nouveau révolté, un Marillion électro, un Devin Townsend sous calmants, du rock qui dépote sans s’enfermer dans un schéma prédictible. Vagrant Sleepers part dans toutes les directions, déborde d’énergie et vous en met plein les oreilles. Le quatuor maîtrise l’art du rock et le mélange des genres à la perfection. L’album est une pure tuerie tout simplement jouissive à découvrir d’urgence même si la production laisse un peu à désirer.


Rédigé par Jean-Christophe le 04/12/2019
Commentaires

Dommage que sur la première piste on entende une sonnerie de portable faible j'en convient mais sa me gâche la fin du morceau a 4.24 4.25
Le 07/12/2019 par savagnin

Je ne l'ai pas entendu, vers 4.12 il y a quelques chose mais je pense que c'est un arrangement, ceci dit ma version est du mp3, je n'entends pas tout.
Le 07/12/2019 par Neoprog

Soutenez Neoprog

Le magazine papier
Magazine n°5 Magazine n°6
A lire aussi
Prochains concerts
Prochaines sorties