Neoprog.eu
Menu

At the dawn of twilight
Amphetamin - At the dawn of twilight
Titre : At the dawn of twilight
Groupe : Amphetamin
Sortie : 2013
Label : autoproduction
Format : CD
Genre : Alternatif
La chronique note de la chronique
Aucune évaluation
Connectez-vous pour donner une évaluation

Titres

  • Lunae Lumen
  • E-rased
  • Pain(t)ful memories
  • Wish & Fall
  • At the dawn of twilight
  • Autumn III
  • A shadow on me

Formation en 2008

Sebastian [clavier,batteur]

Le trio français de Amphetamin existe depuis 2008. Ils ont a leur actif un premier EP, Substitute, sorti en 2010, et ils viennent de sortir un premier album disponible sur Bandcamp depuis le 27 décembre, At the dawn of twilight.

A la croisé de Muse, Radiohead, Porcupine Tree, le groupe nous offre un post rock progressif assez sombre, parfois instrumental.

Sept morceaux composent At the dawn of twilight, des pièces au tempo très modéré, peuplées de bruitages, voix off, motifs répétitifs où le chant, la guitare et la batterie construisent la mélodie. Un chant à la Matthew Bellamy lorsqu’il monte, des touches électro. Notre trio semble avoir trouvé sa muse… et cela fonctionne.

Leur musique a tout de suite trouvé grâce à mes oreilles, une première écoute et le charme opère, c’est assez rare pour être signalé. Il a fallu que je vois Reims dans leur bio anglaise pour comprendre que j’avais à faire à des français. Le chant anglophone ne se trahit pas ou bien mon niveau baisse. Ça c’est la première surprise, ensuite leur musique est franchement professionnelle, son de qualité, bonne production. S’ils font ça dans leur garage le dimanche après midi, respect.

On pourrait croire qu’avec un nom pareil, le trio composerait de la musique survitaminée. Il n’en est rien. Cinématique, planante, légèrement rythmée, parfois mélancolique, assez introvertie et sombre, voila leur univers depuis le début. L’empreinte de Muse est évidente, particulièrement sur Substitude et l’étonnante performance vocale du chanteur n’y est pas pour rien.

Lunae Lumen débute sur des percussions lentes et une guitare assez indie. Une introduction instrumentale cérémonieuse, presque mystique qui pourrait faire penser au groupe In Each Hand a Cutglass par exemple. Le chant très Bellamy, en fait, des notes trainantes qui montent, arrive dans les dernière secondes du titre.

E-Rased est une chanson au riff accrocheur à la guitare, piano électrique, un jeu de batterie riche, du post rock épais à la Porcupine Tree, très instrumental encore une fois avec un break à la guitare et des craquements de vinyle, l’effet est des meilleurs, Wilson aurait pu composer cette merveille mais c’est Amphetamin qui la fait. Le final en voix off et notes qui dérapent est génial. Bravo !

Pain(t)ful Memories aurait pu faire partie de la BO de Into The Wild, un titre très lent, chargé d’émotion. Il fait mouche, orgue, guitare, batterie chant et basse très présente.

Wish & Fall insuffle un peu d’énergie dans At the dawn of Twilight. Le titre est très influencé par Resistance n’en doutons pas alors même s’il est très bien écrit, il se pose un peu trop comme un cover pour être hissé au rang de merveille. C’est fatalement le problème des jeunes formations marquées par leurs aînés. Le temps se chargera de corriger cela sans doute.

Le morceau phare de cet album arrive avec plus de douze minutes de musique, titre éponyme, fusion de nombreuses influences dont la principale reste Porcupine Tree avec le trio chant guitare et basse. La pièce construit une atmosphère, basse et guitare font merveille, la batterie, sans prendre trop de place l’occupe bien, bel équilibre.

Autumn III fait suite aux deux précédents titres présents sur Substitute, leur EP de 2010 que je vous recommande également. Le titre est agréable mais moins riche que les précédents, il s’écoute et s’oublie presque aussi vite alors que la dernière pièce, qui revient au piano et chant, A shadow on me, séduit justement par sa différence. Un titre mélancolique, très simple au bout du compte mais qui touche. Une belle manière de clore cette album.

J’ai fait écouter Amphetamin à un public assez large. La réaction est hunanime, leur album plaît, de l’amateur de rock progressif au consommateur de FM moyen. Leur musique, sans être consensuelle, parle à beaucoup de personnes, leur proximité avec Muse n’y est sans doute pas pour rien non plus. Sur la durée, j’aurais bien aimé un gros coup d'adrénaline car on se laisse un peu trop porter au bout de quelques titres. Mais très honnêtement, c’était histoire de râler un peu. A découvrir donc.


Rédigé par Jean-Christophe le 02/01/2014
Commentaires

Correctif

Vous allez rire, mais Amphetamin se défend de toute influence Muse, du coup certaines remarques comme le cover sur Wish & Fall tombent carrément à côté.

Donc non Amphetamin n'est pas un cover band de Muse, même si des ressemblences existent...
Le 03/01/2014 par Neoprog

Ayé, encore des trucs à écouter...
Le 02/01/2014 par Alias

Le magazine papier
Magazine n°4 Magazine n°5
Prochains concerts
Prochaines sorties