Neoprog.eu
Menu

Storm Corrosion
Storm Corrosion - Storm Corrosion
Titre : Storm Corrosion
Groupe : Storm Corrosion
Sortie : 2012
Label : Roadrunners Records
Format : CD
Genre : Progressif

La chronique note de la chronique
Aucune évaluation
Connectez-vous pour donner une évaluation

Titres

    Formation en 2012

    Steven Wilson [chanteur,guitariste], Mike Akerfeldt [chanteur,guitariste]

    Storm Corrosion est né de la collaboration de Steven Wilson et de Mikael Akerfeldt, le frontman du groupe Opeth.

    Deux grandes figures du métal progressif actuel qui prennent le temps de composer un album ensemble. Gaving Harrison et Ben Castle viennent prêter main forte au duo, respectivement aux percussions et bois.

    L’album a été composé de mars 2010 à septembre 2011, lorsque les deux artistes trouvaient un peu de temps. Un album très très sombre, lent, introverti.

    Lorsque deux grands personnages du prog se rencontrent, les fans nourrissent souvent de forts espoirs, parfois un peu insensés.

    La collaboration Hogarth Barbieri l’a bien montré, il arrive parfois de grosses déceptions.
    Pour Storm Corrosion c’est hélas un peu la même chose : beaucoup d’attentes et un résultat assez décevant.

    L’album commence pourtant magnifiquement avec Drag Ropes, un titre de plus de neuf minutes, intelligemment construit qui possède des parties vocales hypnotiques, de jolies harmonies, une musique assez expérimentale où les instruments à vent font merveille, à limite du contemporain.

    La guitare acoustique c’est agréable, mais de là à construire un titre sur quelques cordes grattouillées sans aucune virtuosité...
    La partie chant est relativement pauvre, le petit solo électrique joli mais insuffisant, la partie psychédélique sans intérêt aucun, déjà fait, déjà vu, longuet. Plus de dix minutes de ça, le ça c’est Storm Corrosion le titre éponyme de l’album. Audace ou foutage de gueule ? J’ai du mal à me positionner, il s’agit quand même de Wilson et Akerfelt...

    Hag et Happy ne présentent guère d'intérêt lents, répétitifs, ennuyeux en fait. La musique contemporaine et psychédélique ont déjà explorés ces chemins il y a bien longtemps.
    Tout ceci n’est ni original ni vraiment beau, juste terriblement ennuyeux.

    Lock Howl est le second morceau qui émerge un peu de ce brouillard. Un instrumental presque intéressant mais qui ne restera pas dans les mémoires non plus, il ne faut pas exagérer.

    L’album s’achève sur Ljudet Innan, plus de dix minutes très très très longues.

    Alors ? J’ai gâché quelques euros. Musique de fond à la rigueur pour apéritifs bruyants.
    Drag Ropes est un très beau titre, mais c’est vraiment la seule pièce digne d’intérêt dans cet album. Passez votre chemin.


    Rédigé par Jean-Christophe le 11/07/2012
    Commentaires
    Aucun commentaire
    Discographie
    Soutenez Neoprog

    Le magazine papier
    Magazine n°5 Magazine n°6
    Prochains concerts
    • 22/02/2020 - OSM - Fire Master Convention - Chateauroux
    • 25/02/2020 - OSM - Rock N Eat - Lyon
    • 27/02/2020 - SAGA - Substage - karlsruhe
    • 28/02/2020 - OSM - Secret Place - Saint-Jean-de-Védas
    Prochaines sorties