Neoprog.eu
Menu

Scintilla
Nosound - Scintilla
Titre : Scintilla
Groupe : Nosound
Sortie : 2016
Label : Kscope
Format : CD
Genre : Progressif
La chronique note de la chronique
Les évaluations Evaluations
Connectez-vous pour donner une évaluation

Titres

  • Short Story
  • Last Lunch
  • Little Man
  • In Celebration Of Life
  • Sogno e Incendio
  • Emily
  • The Perfect Wife
  • Love Is Forever
  • Evil Smile
  • Scintilla


Une succession de plans fixes qui s’enchaînent, sous la neige, derrière une fenêtre, dans un parc, au bord de la mer. Des images contemplatives pour une musique qui ne l’est pas moins. Scintilla, le nouvel album des italiens de Nosound, s’écoute et se regarde en Blu Ray.

Nosound ne se compare à aucune autre formation progressive passée ou actuelle. Nosound est unique, construisant des mélodies atmosphériques mélancoliques dominées par les claviers de Marco Berni. Les détracteurs du quintette vous diront qu’il se passe peu de choses dans leurs albums et nous ne pourrons les contredire si l’on compare leur musique à celle de Transatlantic ou Dream Theater. Des voiles de claviers, une batterie clairsemée, quelques cordes pincées et la voix de Giancarlo. Mais justement, le plaisir de Nosound ne résiderait-il pas dans cette épure sonore introspective ?

Après l’apparition remarquée du batteur Chris Maitlan sur Afterthoughts, qui apportait une nouvelle dimension à leur musique, et remplacé aujourd’hui par Giulo Caneponi, Nosound enrichit encore ses compositions avec plusieurs invités dont Vincent Cavanagh (Anathema) qui chante sur ‘Celebration Of Life’ et ‘The Perfect Line’. Vous entendrez également souvent le violoncelle de Marianne De Chastelaine, la trompette de Pier Luigi Porrega, le cor de Giovanni Pontarelli et le trombone de Lorenzo Caloi. N’oublions pas Andrea Chimenti qui a écrit et chanté les paroles de ‘Sogno e Incendio’.

Nosound

Scintilla se distingue de ses prédécesseurs par de subtiles touches, comme à chaque fois chez Nosound. La plus flagrante est ‘Sogno e Incendio’, une valse chantée en italien avec la voix granuleuse de Lorenzo et une guitare plus intrusive que d’ordinaire. Le morceau titre également nous éclaire sur leur évolution musicale, ‘Scintilla’, au texte magnifique, “I’ll make sure there’s wood for the fire, to go through the night and awake up to desire”, planant sur des notes de guitares et piano et qui se conclut sur une fanfare villageoise. Une lente construction musicale dans le temps où chaque album apporte une nouvelle pierre à l’édifice des italiens.

Scintilla parle de l’Amour, de la rupture, de la rencontre, de la souffrance. Un album dédié à Alfonso et Sisina, ce vieux couple plein de tendresse dans le regard que l’on découvre à la fin du livret ? La voix italiano/britannique de Giancarlo, qui semble parfois maladroite, donne une note plus touchante aux paroles de ses chansons d’amour où trahison et coups de foudre se mêlent intimement. Des paroles simples, qui tiennent sur une page avec un seul texte en italien et un quasi instrumental ‘In Celebration Of Life’ où se glisse un des soli de guitare de Paolo sur quelques mots signés Alec Wildly : “You just don’t see the ambulance of love, I have inside, In celebration of Life.”

Un enregistrement et un mixage très particulier que l’on doit à Giancarlo, un son sec mettant en valeur guitare acoustique, batterie et chant et qui révèle toute sa beauté lors d’une écoute au casque. C’est de cette manière, lors d’une nuit douce, que je suis tombé amoureux de Scintilla, le casque sur les oreilles, plongé dans le livret, enfermé dans ma bulle sonore émotionnelle. L’album se découvre également en images en 5.1 avec le Blu Ray, des vidéos de ‘Short Story’, ‘Sogno e Incendio’, ‘Emily’ et ‘Scintilla’, sans parler de celles de ‘Sol29’, ‘Kites’, ‘Contrast Contrast’ et ‘Whenever You Are’ dont je parlais au début de cette chronique.

Facebook : https://www.facebook.com/nosoundnet

Vidéo :



Rédigé par Neoprog le 09/09/2016
Commentaires
Aucun commentaire
Prochains concerts
Prochaines sorties